La petite main de Zoé :)






















Les principaux Troubles des Apprentissages


Le trouble de l'écriture peut se présenter seul, ou associé à des Troubles spécifiques des apprentissages : dyspraxie, dyslexie, dysorthographie, TDAH, précocité...

Les troubles des Apprentissages ont des répercussions sur la qualité de l'écriture et, de ce fait, le patient doit être pris en charge dans sa globalité : la collaboration entre professionnels est indispensable. Le graphothérapeute travaille en réseau avec les orthophonistes, orthoptistes, etc.

Un DYS est un trouble sévère et durable, qui perdure malgré les rééducations (qui améliorent tout de même)

Pour diagnostiquer un DYS, il faut éliminer :
- les troubles sensoriels (contrôle ophtalmo, ORL, orthoptiste)
- un retard mental (test psychométrique à réaliser)
- les troubles d'origine psychologique
- la déprivation scolaire ou sociale
- les maladies neurologiques et lésions cérébrales.

Une fois ces causes éliminées:
- il faut faire un bilan chiffré chez un orthophoniste, psychomotricien, orthoptiste, graphothérapeute, etc., selon le trouble
- il faut que le "retard" constaté soit de 24 mois par rapport à ce qui est attendu pour des enfants de cet âge/de cette classe (-2DS)

Le diagnostic final doit être posé par un médecin, avec les bilans réalisés par cette équipe multidisciplinaire.

- Dyslexie
- Dysorthographie
- Dyspraxie
- Dysgraphie
- Dysphasie
- Dyscalculie
- TDAH/H
- Précocité


Site de la Fédération Française des Dys
Un excellent article d'Alain Pouhet : "Les dys : quel âge, pour quel diagnostic"




Dyslexie     (Revenir au début)

Définition
Difficultés sévères et durables d'acquisition du langage écrit chez des enfants d’intelligence normale, sans troubles sensoriels ni désordres affectifs graves.

Signaux d’alerte
Les erreurs de lecture ne sont pas spécifiques, par contre leur fréquence et surtout leur persistance sont caractéristiques :
Grande lenteur dans toutes les activités comprenant de l’écrit (lecture ou écriture) d’où impossibilité de traiter un devoir en entier
Ecriture peu lisible dans son contenu et sa forme (graphisme, orthographe et segmentation des mots)
Difficultés d’organisation, besoin de repères
Problèmes pour se situer dans le temps, pour établir une chronologie
Fatigabilité
Gêne par le bruit qui perturbe la concentration
Difficultés à lire, lenteur, erreurs sonores, paralexie (tabac/table), erreurs visuelles (p/q…)
Orthographe très défaillante
Meilleures performances à l’oral. Compréhension supérieure lorsque l’énoncé est oralisé
Capacités d’apprentissage normales si on passe par une autre modalité que l’écrit





Dysorthographie     (Revenir au début)

Définition
Défaut d'assimilation important et durable des règles orthographiques (altération de l'écriture spontanée ou de l'écriture sous dictée.)
Ceci perturbe, dans des proportions variées, la conversion phono-graphique, la segmentation des composants de la phrase, l'application des conventions orthographiques (règles d'usage) et enfin l'orthographe grammaticale.
Il ne s’agit pas d’un trouble des apprentissages mais d’une conséquence directement liée à certains troubles des apprentissages : en cas d’observation de signes d’alerte, se référer aux fiches concernant la dyslexie, la dyspraxie visuo-spatiale, les troubles de la mémoire, l’hyperactivité, les troubles dysexécutifs.
La dysorthographie semble aussi reliée à une absence de stratégies d'anticipation et de vérification.

Signes d'alerte
Sauts de lettres
Inversions de syllabes
Mauvaise segmentation des mots
Ecriture en phonétique

Dysgraphie     (Revenir au début)

Définition
Troubles qui entraînent une lenteur importante dans la réalisation des productions graphiques et écrites, ou une malformation des lettres.

Signaux d’alerte
Problèmes généraux de précision et de maladresse persistants après le CP.
Mauvaise tenue persistante des outils (ciseaux, règle, crayon)
Difficultés persistantes dans la reproduction de formes
Refus d’écrire
Fatigue, crampe lors de l’écriture, poignet rigide
Ecriture difficilement lisible : télescopages, tracé trop léger ou trop écrasé, geste tremblé ou très mal maîtrisé, mauvaises dimensions, sens de la graphie, travail très peu soigné; par la suite (collège) : souvent écriture scripte
Lenteur, difficulté à l’école dans les exercices réclamant un passage à l’écrit
Anxiété à l’approche de l’écriture



Dyscalculie     (Revenir au début)

Définition
Difficultés à acquérir et maîtriser les différentes connaissances et habiletés à l’œuvre dans les mathématiques, que ce soit dans l’accès à la numération, dans l’apprentissage des opérations arithmétiques, la résolution de problèmes ou la géométrie.
Il s’agit d’un dysfonctionnement cognitif excluant tout trouble sensoriel et moteur, toute maladie neurologique et anomalie psychique chez un enfant d’intelligence normale.

Les signes d’alerte
Difficulté à mémoriser et traiter des informations
Trouble du langage sur certains concepts (différence, quantité, le tout et les parties, condition, mise en mots des hypothèses)
Difficulté à comprendre certaines formulations de problèmes
Mauvaise organisation spatio-temporelle gênant la mise en place de la numération, des opérations mathématiques
Mauvaise habileté motrice, problèmes de latéralité entraînant des difficultés dans les opérations géométriques (tracé, propriétés et différenciation des figures géométriques)
Retard dans l’acquisition des opérations mentales telles que décrites par Piaget (ex : conservation du nombre, sériation…)
Difficulté dans la planification de la tâche (créer des images mentales), la mise en œuvre et le contrôle
Difficulté (ou incapacité) à compter spontanément sur ses doigts



Dysphasie     (Revenir au début)

Définition
Trouble spécifique du développement de la parole et du langage entraînant l’échec d’une acquisition normale du langage réceptif et/ou expressif qui ne résulte pas d’une déficience intellectuelle, d’une déficience sensorielle ni d’un désordre affectif grave.

Marques spécifiques de déviance :
Expression
Troubles de l'élocution : peuvent être massifs
Troubles de l'évocation : cherche ses mots, périphrases
Langage non informatif : incapable de transmettre une information uniquement par la parole
Syntaxe erronée: style télégraphique, difficulté de formulation
Langage spontané réduit : évite de parler, de prendre la parole, réponses oui /non
Compréhension
Difficulté de compréhension : essentiellement des consignes verbales si absence de contexte, de support concret

Tous les enfants dysphasiques ont des problèmes d'apprentissage : les troubles dysphasiques évoluent généralement vers des troubles dyslexiques, dysorthographiques...

Dyspraxie / Dyspraxie visuo-spatiale     (Revenir au début)

Définition
Dyspraxie : défaut d’automatisation de la séquence gestuelle (de la bouche, des jambes, des mains et/ou des yeux).
Dyspraxie visuo-spatiale : (trouble visuo-practo-spatial) : défaut d’automatisation du geste + défaut de coordination visuo-motrice + défaut de construction de composants de la spatialisation.

Signaux d’alerte
En classe
Sur les apprentissages
Dysorthographie sévère (écriture phonologique)
Dysgraphie importante : manque de fluidité (écriture très pointue, lettres pas formées et pas sur les lignes, ratures, très grande lenteur)
Dyscalculie spatiale : n’aligne pas les chiffres, pas de représentation spatiale, pas d’image mentale
Dans la vie scolaire
Mauvaise organisation du cahier de texte
Le cartable est en vrac (papier en accordéon), la case du bureau aussi, le classeur n’est pas rangé
Problème de recopie : textes et schémas
Il se cogne souvent et tombe
Il ne se repère pas dans les locaux
Il demande souvent l’heure (pas de lecture sur une montre à aiguilles)
Il mange très mal à la cantine : ne sait pas couper sa viande, fait tomber son verre souvent, mange salement….
Il ne sait pas utiliser une règle

Tous les troubles ne sont pas à intensité égale, ils ne sont pas tous présents. Souvent on trouve une association dysorthographie avec dyscalculie spatiale, on parle alors de trouble visuo-spatial.

A la maison
Quand il est petit, il ne joue pas avec les cubes et les puzzles
Il ne cherche pas le papier et les crayons
"Nul" en jeux de ballons, vélo, jeux d’assemblages, faire les lacets, boutonnage, natation, l’habillement et à table
Il ne sait pas ranger
Il n’a pas de repères dans le temps et dans l’espace


Pour en savoir plus, un article de Michèle Mazeau, médecin en rééducation fonctionnelle.

Déficit attentionnel avec/ou sans hyperactivité (TDA/H)     (Revenir au début)

Définition
Le trouble du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité est une maladie neurologique, dont le diagnostic est particulièrement difficile (bilan neurologique, bilan psychologique, bilan psychiatrique).
Hyperactivité motrice : enfant qui bouge en permanence. C’est une manifestation non spécifique présente dans de nombreux troubles.
Déficit de l’attention : enfant très peu attentif, distractible.
Impulsivité toujours présente. Non contrôle de soi.
Déficit de l’attention et impulsivité et/ou hyperactivité motrice doivent être observables depuis plus de 6 mois, et présents dès la petite enfance (avant les 7 ans de l’enfant).

Signaux d’alerte
Distractibilité importante
Enfant inattentif : enfant "dans la lune", qui regarde par la fenêtre, qui s’échappe dans ses pensées, très souvent, qui n’entend que quand on le rappelle sur terre plusieurs fois
Enfant qui mémorise des notions, mêmes complexes, mais qui ne peut pas prioriser ce qu’il doit mémoriser
Tous les apprentissages sont difficiles
Devoirs mal faits ou non faits
Enfant qui n’apprend pas de ses erreurs
Enfant qui oublie une part des consignes, ou oublie les consignes en cours d’exercice
Enfant impulsif, qui se bat facilement, qui coupe la parole, qui ne respecte pas les règles de base, mais qui est profondément et sincèrement désolé de ses débordements. Grossièretés, agressivité
Enfant qui est incapable de rester en place ou de maîtriser son agitation motrice, quelles que soient les circonstances
Il travaille bien quand le maître reste à côté. (Voir "trouble des fonctions exécutives")
Enfant qui a des capacités physiques bonnes surtout en sport individuel mais ne sait pas forcément faire attention aux autres surtout dans les sports collectifs

Les Enfants Intellectuellement Précoces - (EIP)     (Revenir au début)

Une tentative de définition s’avère difficile, même pour des professionnels, notamment lorsque la précocité intellectuelle est associée à un trouble des apprentissages.

Signes d’alerte
Pensée très logique, très rapide
Pensée en arborescence, pas linéaire
Intuition des résultats
Mémoire très développée
Grande curiosité dès la maternelle
Connaissances inhabituelles dans des domaines non scolaires
Difficultés à s’astreindre à un travail répétitif. (Ex. : tables de multiplication)

Signes associés
Agitation et dissipation fréquentes si l’enfant a le sentiment de s’ennuyer
Maladresse corporelle, notamment dans l'écriture, fréquente mais pas systématique
Manque de respect des règles de parole : l’enfant essaie toujours de négocier les règles établies
Décalage dans la relation voire marginalisation (perçu par les autres comme fier, hautain, susceptible ; légaliste/rapporteur).

Avec les familles : Relations souvent compliquées. Décalage.

Les enfants précoces et l'écriture...
Les enfants précoces ont très souvent des difficultés avec leur écriture, pour plusieurs raisons : la vitesse de pensée interfère avec la lenteur du geste d'écriture, ce sont souvent des enfants anxieux qui ont peur de l'échec et il arrive qu'ils préfèrent ne pas faire plutôt que de faire "mal", ils sont souvent perfectionnistes et cela peut provoquer une lenteur d'écriture, la motricité n'a peut-être pas, au cours de leur développement, été leur principale préoccupation et ils l'ont peu exercée, etc. On retrouve bien souvent des causes multiples.

Les enfants précoces sont souvent concernés par des sauts de classe.. Si l'intellect est en avance, la motricité ne l'est pas forcément, surtout du côté de l'écriture.. Dès qu'un saut de classe est évoqué (souvent dès février on sait qu'un saut va avoir lieu), je conseille une prise en charge en graphothérapie pour que l'enfant puisse augmenter sa vitesse d'écriture de manière à s'approcher de la vitesse demandée dans la classe supérieure. il faut savoir que d'une classe à l'autre la vitesse d'écriture diffère parfois du simple au double (entre le CP et le CE1 par exemple). Ne pas attendre que l'enseignant se plaigne et que cela décourage votre enfant.