La petite main de Zoé :)






















Apprendre à écrire à un élève gaucher

Extrait du Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale (n°1 du 14 févier 2002)
[…]Qu’il soit droitier ou gaucher,l’enfant doit apprendre à tenir ses instruments sans crisper la main (en utilisant la pince du pouce et de l’index et le support du majeur), à disposer la surface qu’il utilise dans le prolongement de l’avant-bras (correctement placé) tout en adoptant une posture adéquate.[…]



On n’imagine pas à quel point ces quelques recommandations sont importantes.

En effet, l’application de celles-ci, permet à l’élève gaucher d’apprendre à écrire sans autres difficultés que celles propres à tout apprenant qu’il soit gaucher ou droitier et sans éprouver la nécessité de tourner le poignet pour passer au-dessus de la ligne d’écriture.

Leur main se situant sous la ligne d’écriture, les gauchers ainsi formés auront les mêmes avantages que leurs camarades199-B droitiers. Ils pourront par exemple écrire avec un stylo plume sans passer sur la ligne écrite avec les inconvénients que l’on connaît, mais surtout ils éviteront les torsions vertébrales et autres désagréments physiques qui accompagnent l’écriture faite avec le poignet tourné ou toutes positions corporelles inadaptées.

Attention ! Le poignet ne tourne pas d’une manière brutale, mais au fil des années et en fonction des difficultés rencontrées. Il faut donc être attentif au positionnement de la main de l’enfant tout le long de son apprentissage, mieux vaut prévenir que guérir.



Pour les gauchers l’apprentissage de l’écriture est trop souvent confié à un adepte de l’adaptation incontrôlé : le « Professeur Hasard ». Les gauchers seront donc peu nombreux à trouver : la bonne tenue du crayon, la bonne position du cahier et la position adéquate (Exp.4). La majorité d’entre eux finira avec le poignet fléchi au-dessus de la ligne d’écriture ! (Exp.2).

Ou pire, car une autre façon d’écrire est en train de se propager : le cahier à l’horizontale ou presque.

Dans le meilleur des cas on écrit le cahier penché à 80° vers la droite et on écrit du haut vers le bas (Exp.3), ou cahier penché vers la gauche et on écrit du bas vers le haut (Exp. 4).

(Exp.1) C’est ce que l’on peut voir dans nos classes aujourd’hui*.

* Les positions des Exp. 1, 2, 3 ne sont pas spontanées. Elles sont la conséquence de l’absence de recommandations appropriées au cours des premières années d’apprentissages. Elles ne sont donc visibles qu’à partir de l’adolescence.

(Exp.5) Ici la position adoptée permet d’écrire sans avoir la main passant sur la ligne d’écriture. Rares sont les gauchers écrivant de cette manière.

Pourtant cette solution se trouve dans l’application des recommandations inscrites au Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale N° 1 du 14 02 2002 :
[…]Qu’il soit droitier ou gaucher,l’enfant doit apprendre à tenir ses instruments sans crisper la main (en utilisant la pince du pouce et de l’index et le support du majeur), à disposer la surface qu’il utilise dans le prolongement de l’avant-bras (correctement placé) tout en adoptant une posture adéquate.[…]



Source : http://www.lesgauchers.com/education/apprendre-a-ecrire